Caractérisation offset ISO 12647-2

À la différence des deux premières méthodes retenues par le comité technique ISO TC 130 (ajustement des TVI et  G7), le calage du rendu des couleurs par la caractérisation des presses offset préconisé par l’ICC (International Color Consortium) prend en compte globalement l’ensemble des paramètres qui influent sur le rendu de l’impression.

Encore faut-il que le profil ICC de la presse soit irréprochable.

Lorsque l’on génère le profil ICC d’une presse offset imprimant sur un papier donné, celui-ci combine l’ensemble des paramètres qui influent sur le rendu de l’impression :
– couleurs du papier
– couleurs des encres
– couleurs de la surimpression des encres en aplat
– couleurs de la surimpression des encres en benday (recouvrement de différent pourcentage d’encre)
– interaction entre l’encre et le papier
– interaction entre l’encre noire et les encres chromatiques
– engraissement de la presse
– neutralité des gris
– etc.

La mise en oeuvre de ce procédé nécessite la caractérisation préalable de la presse. Pour chaque type de papier, voir pour chacun des papiers utilisés, un profil ICC de type « device link profile » (profil de lien ou de liaison) doit être réalisé. Ces profils particuliers sont de fait des tables de correspondance entre les valeurs CMJN des données de caractérisation que l’on souhaite respecter (celles du Fogra 39 L par exemple) et celles qu’il faut réellement envoyer au RIP pour obtenir au final l’impression des couleurs correspondantes.
Comme pour les deux premières méthodes, il est impératif, avant même la caractérisation de la presse puis tout au long du processus d’impression, de stabiliser l’impression des aplats CMJN aux valeurs retenues par l’ISO 12647-2.
En revanche, contrairement à ces deux autres méthodes, la linéarisation préalable des courbes d’engraissement de la presse n’est pas indispensable. Ou plutôt, elle est contenue dans le procès de caractérisation. En d’autres termes, il n’est pas indispensable de corriger les courbes d’engraissement du point de trame avant la caractérisation, puisqu’elles seront ajustées au cours de la caractérisation.

Inconvénients et avantages
Le principal inconvénient de la méthode est sa relative complexité de mise en oeuvre comparée aux procédés de linéarisation. La qualité de la caractérisation des presses et des profils de lien utilisés est en effet déterminante. Il faut également disposer soit d’un RIP de CTP permettant de paramétrer plusieurs flux de plaques offset à l’aide de device link profile, soit d’un serveur de colorimétrie à mettre en frontal avant le RIP et qui remplit le même office.

Un tel système de calibrage ISO 12647 par l’utilisation de device link profile présente pour autant de nombreux avantages :
– la précision. Prenant en compte l’ensemble des paramètres qui influent sur le rendu des couleurs, ce procédé est le plus fiable pour reproduire fidèlement les couleurs de l’épreuve certifiée de référence, en particulier sur papier offset ou bouffant (non couché) ;
– c’est la seule méthode possible quand il s’agit de normaliser l’impression d’un procédé d’impression autre que l’offset tel que le numérique ou la sérigraphie ;
– c’est la meilleure méthode lorsque l’on fait appel au tramage stochastique (aléatoire) ;
– c’est la seule méthode applicable lorsque l’on veut faire correspondre le rendu des couleurs de deux procédés d’impression différents, presse offset et presse numérique par exemple ;
– c’est la seule méthode pour approcher le rendu d’un standard d’impression lorsque l’une des composantes de l’impression n’est pas standard, par exemple lorsque l’on imprime sur du papier recyclé ;
– le procédé permet de passer rapidement d’un standard à l’autre. Un imprimeur équipé de la sorte pourra indifféremment imprimer du Fogra 39, du Gracol ou du SWOP ;
– la méthode permet d’obtenir à l’impression le rendu correct des fichiers préparés selon une norme obsolète (EuroStandard, Fogra 27…) ;
– c’est la meilleure façon de redonner une seconde jeunesse à une presse offset vieillissante en adaptant les données envoyées au RIP pour compenser ses défauts ;
– c’est la garantie de pouvoir s’adapter rapidement et à moindres frais aux évolutions des normes. En effet, la modification d’un seul paramètre (le nouveau profil de référence), avant la génération du profil de lien, permet la mise aux nouvelles normes de la presse, sans même avoir besoin de la recalibrer ;
– ce procédé permet enfin la mise en oeuvre de technologies dites achromatiques qui autorisent l’économie d’encre et la réduction du métamérisme.

Presse offset ISO 12647-2