Gracol et SWOP

Les références de caractérisation GRACoL et SWOP en usage aux États-Unis sont, dans leurs versions actuelles, des évolutions du Fogra 39. Basées comme celui-ci sur l’ISO 12647, elles s’en distinguent principalement par leur gestion spécifique de la balance des gris (calcul des gris neutres trichromiques).

GRACoL (General Requirements for Applications in Commercial Offset Lithography) et SWOP (Specifications for Web Offset Publications) sont des cahiers des charges édités par l’IDEAlliance, respectivement à destination des impressions offset feuille et offset en continu (rotative). L’IDEAlliance est un consortium à but non lucratif qui associe un grand nombre d’acteurs de l’industrie graphique mondiale. C’est en quelque sorte et à une autre échelle l’équivalent américain de la Fogra en Europe.

Pour l’élaboration de ses données de caractérisation, l’IDEAlliance a adopté une méthodologie originale pour la définition et le calcul des gris neutre, ainsi que pour le réglage de la tonalité, appelée G7.

À la recherche du gris neutre
Le G7 ambitionne de lever l’ambiguïté qui entoure la notion de balance de gris dans l’industrie graphique. Le rendu du gris trichromique CMJ résulte de l’interaction de différents paramètres :
la couleur du papier ;
la couleur des encres ;
la densité des encres mesurées sur les aplats ;
les pourcentages proportionnels de point de trame Cyan, Magenta et Jaune.

L’ambiguïté dénoncée par le G7 résulte des constats suivants :
– un équilibre à égalité de point CMJ ne renvoie pas un gris neutre ;
– le gris composé uniquement de point de trame d’encre noire n’est lui-même pas forcément neutre, car la couleur de l’encre noire elle-même, combinée à celle du papier, produit souvent une dominante ;
– cibler, pour chaque teinte de gris de la gamme, les valeurs a* et b* (la couleur) du papier d’impression aboutit souvent à un résultat visuel non neutre.

G7
Pour obtenir une impression de gris véritablement neutre, le G7 définit les valeurs colorimétriques des plages de gris CMJ comme une fonction mathématique de la valeur L*a*b* du papier d’impression dans  laquelle les valeurs a* et b* de chaque plage intermédiaire de gris CMJ tendent vers a*0 et b*0 sur la plage 300 % de la gamme CMJ (C100M100J100).

G7 fonctions de calcul du gris neutre

Les valeurs a* et b*, de chacune des plages d’une gamme de gris CMJ, sont calculées à partir des valeurs a* et b* du papier et du pourcentage de Cyan de la plage, utilisé en tant que facteur de gradation, selon les formules suivantes :
a* de la plage de gris = a* du papier x (100 – C%) / 100 ;
b* de la plage de gris = b* du papier x (100 – C%) / 100.

Triplettes CMJ
Le G7 détermine arbitrairement les valeurs en pourcentage de triplettes CMJ pour chaque plage de gris. Les valeurs retenues sont celles des trois courbes de puissance (gradation non linéaire) définies par des valeurs de mi-tons de C50 M40 J40.

Valeur colorimétrique de la plage C100M100J100.
Les valeurs colorimétriques de la plage CMJ 300%, nous l’avons vu, sont définies comme a* = 0 et b* = 0, vers lesquelles tendent progressivement les valeurs intermédiaires de la gradation de gris.
Dans la mesure où, en pratique, les valeurs colorimétriques « naturelles » de la plage CMJ 300 % peuvent prendre diverses valeurs, le choix arbitraire d’un noir a* = b* = 0 est justifié par les arguments suivants :
il représente une moyenne acceptable des valeurs que l’on peut naturellement rencontrer ;
un point d’arrivée de valeurs a* et b* à égalité facilite les calculs ;
les valeurs CMJ de plus de 75 % dans les neutres sont peu fréquentes dans la pratique ;
les valeurs CMJ sont de toute façon masquées par l’encre noire dans les basses lumières.

G7 NPDC (Neutral Print Density Curve)
Tout aussi important que la balance des gris aux yeux de l’ IDEAlliance, est le paramétrage de la tonalité de l’impression, à savoir le réglage des courbes de contraste et de luminosité de l’impression.
Alors que l’ISO 12647 se contente de spécifier des plages de tolérance en matière d’engraissement du point de trame, le G7 calcule des courbes de correction de la tonalité (NPDC pour Neutral Print Density Curve) qui prennent le pas sur les simples courbes de TVI (tone value increase) du RIP qui traditionnellement ajustent l’engraissement de l’impression d’une presse.

Courbes G7 NPDC

Les courbes NPDC sont calculées selon une formule complexe prenant en compte la densité neutre mesurée selon les pourcentages de points original des gammes de gris imprimées, en Noir et en trichromie CMJ.
Le G7 définit donc deux sortes de courbes, pour les plaques CMJ et pour la plaque du Noir. Pour chacune de ces catégories, CMJ et N, il existe mathématiquement non pas une, mais une infinité de courbes NPDC, chaque courbe correspondant à une valeur de densité maximale de l’aplat de couleur solide (CMJ 300 %). Cette dernière densité étant fonction pour le G7, à la fois de la quantité d’encre nécessaire à la presse offset pour obtenir, sur un papier donné, les valeurs LAB définies par l’ISO 12647 pour chacun des aplats CMJN, et de l’ajustement fin de ces densités pour obtenir les valeurs LAB des gris neutres tout au long des courbes de gradation N et CMJ.
De ces courbes NPDC, sont déduites deux courbes de correction de la gradation (d’engraissement du point de trame) pour paramétrer le RIP du CTP, l’une pour la plaque du Noir, l’autre pour les plaques CMJ.

Données de caractérisation selon le G7
Les données de caractérisations actuelles, éditées par l’IDEAlliance et basées sur le G7, sont donc quelque peu différentes du Fogra 39, bien que basées elles aussi sur la norme ISO 12647-2. Pour l’offset feuille il s’agit du GRACoL2006 Coated1, pour l’impression en continu des SWOP2006 Coated3 et SWOP2006 Coated5.

Retenez que le G7 diffère de l’application pure et dure de l’ISO 12647 par des valeurs de calibrage des courbes d’engraissement des RIPs et les valeurs LAB précisées pour les gris neutres. Ce faisant, le G7 définit des espaces chromatiques, GRACoL et SWOP,  quelque peu différents de ceux de la Fogra. Cela implique essentiellement pour un imprimeur européen d’en tenir compte en appliquant un traitement adapté aux fichiers graphiques en provenance d’Outre Atlantique avant de les envoyer à son propre RIP.