Device link profile

Les conversions de profil à profil jouent désormais un rôle prépondérant dans toutes les opérations de photogravure et de prépresse. Ce sont elles qui assurent la qualité des séparations CMJN et qui autorisent la prévisibilité des couleurs, à la source de la normalisation de l’industrie graphique. Or, si l’on s’en tient aux grands principes de la gestion numérique de la couleur, le passage des valeurs colorimétriques sources vers les valeurs colorimétriques cibles durant la conversion se fait obligatoirement par un espace de référence dit PCS. Ce passage par le PCS, s’il présente l’avantage de garantir la conservation du rendu des couleurs, affecte grandement la composition même de la couleur, ce qui n’est pas toujours souhaitable en pratique. C’est là qu’interviennent les profils ICC de lien ou de liaison appelés en anglais Device Link Profile.

Les termes Device Link Profile pourraient se traduire par « profil de liaison entre deux dispositifs ». Ces profils particuliers répondent aux spécifications établies par l’ICC (International Color Consortium), mais ont la particularité de ne pas faire appel à un PCS (Profile Connection Space), ni CIELAB, ni XYZ. Ainsi, les tables de conversion de ces profils ne font pas correspondre l’espace natif du périphérique (RVB ou CMJN) vers le LAB et inversement, mais un espace natif directement vers un autre espace natif (CMJN vers CMJN ou RVB vers CMJN le plus souvent). De fait, il s’agit de la combinaison de deux ou de plusieurs conversions de profil à profil.

principe du device link profle ou profil de liaison
Les calculs colorimétriques qui sous-tendent la ou les conversions concaténées dans un tel profil utilisent bien sûr un espace de référence CIE LAB ou XYZ, mais le résultat de ces calculs est directement accessible dans le profil sans plus avoir à passer par le PCS.

Textes noirs, bendays, et dégradés PDF préservés
L’affranchissement de ce passage obligé présente deux avantages. Le premier est qu’il est ainsi possible de préserver certaines valeurs de la conversion. Typiquement, si l’on convertit une page PDF d’un profil vers un autre, on ne souhaite pas voir le texte Noir 100 décomposé en Noir CMJN. Cela serait le cas lors d’une conversion classique, puisque le Noir 100 « source » pointerait vers sa valeur LAB, laquelle pointerait à son tour fatalement vers une valeur CMJN « cible ». Si l’on utilise un profil de liaison CMJN/CMJN, il est possible de le paramétrer de façon à ce que la valeur CMJN 0,0, 0,100 de l’espace natif soit préservée et pointe vers la valeur CMJN 0,0, 0,100 de l’espace cible.
L’autre grand avantage réside dans la préservation de la finesse des dégradés CMJN lors de la conversion de profil à profil de documents PDF.
Dans un fichier PDF CMJN correctement généré, les dégradés sont codés sur 32 bits (4 x 8 bits), selon des algorithmes complexes d’Adobe. La finesse des dégradés est obtenue en mélangeant de façon subtile les couleurs des quatre canaux cyan, magenta, jaune et noir, chacun codé sur 256 niveaux. Soit un échantillonnage des couleurs de 256 élevé à la puissance 4. L’espace LAB est codé lui aussi sur 8 bits par canal L*, a*, b* soit 3 x 8 = 24 bits, c’est-à-dire selon un échantillonnage de (seulement) 256 élevé à la puissance 3. Le simple fait de faire passer une information codée sur 32 bits dans le sas d’une information codée sur 24 bits détruit la finesse des dégradés CMJN en provoquant des ruptures. L’utilisation d’un profil de liaison CMJN/CMJN est donc absolument obligatoire pour la conversion colorimétrique de pages PDF CMJN, car lui seul autorise une conversion de 32 bits vers 32 bits.