Densité et colorimétrie pour l’impression offset

L’ISO 12647 ne précise pas de valeurs de densité à respecter pour  imprimer les aplats des primaires Cyan, Magenta, Jaune et Noir (les couleurs solides) mais, pour chaque type de papier standard, directement leurs valeurs colorimétriques, exprimées en CIELAB  selon une certaine tolérance, exprimée en ∆E.

En impression offset, la couleur résulte de l’interaction entre le papier et l’encre. La teinte du papier à utiliser est fournie par l’ISO 12647-2 et l’ISO 12647-3, celle des pigments de l’encre par l’ISO 2846. Il reste donc à calculer la quantité d’encre (exprimée en densité) qu’il faut déposer sur le papier pour obtenir des couleurs solides (100 %) dans les tolérances de la norme.

Pour chaque doublet papier-encre, il existe une relation mathématique entre la densité de l’encrage et la colorimétrie des aplats Cyan, Magenta, Jaune et Noir. Certains appareils et/ou logiciels perfectionnés sont capables d’effectuer d’eux-mêmes ce calcul.
Si on ne dispose pas d’une telle technologie, celui-ci doit se faire « manuellement » de la façon suivante :
– imprimer quatre bandes des couleurs solides (100 %) Cyan, Magenta, Jaune et Noir (des mangeurs d’encre un peu large), en ouvrant progressivement les encriers tout au long de la largeur de la feuille d’impression. On obtient ainsi des dégradés de densité pour les quatre couleurs primaires  ;
– mesurer à l’aide d’un spectrophotomètre dûment calibré, ces bandes à intervalles réguliers jusqu’à afficher la valeur LAB normative recherchée ;
– repérer précisément l’endroit de la bande imprimée où la couleur, mesurée en CIELAB correspond à celle de la norme ;
– mesurer et noter autour de cette zone, avec un densitomètre cette fois-ci, la densité de l’encrage nécessaire pour obtenir les valeurs les plus proches possible des valeurs colorimétriques normatives.

La difficulté réside dans le fait que les valeurs colorimétriques que l’on souhaite obtenir doivent être mesurées sur l’encre sèche. En effet, en séchant, l’encre perd en consistance : le Noir, par exemple, a tendance à devenir gris. Or, durant le tirage, les valeurs de densité seront mesurées sur l’encre fraîche. Le conducteur n’a pas le temps d’attendre le séchage pour régler sa machine ! Il faut donc noter les valeurs de densité de l’encre fraîche sur une petite zone de la bande plus ou moins encrée, pour repérer, après séchage, la densité précise offrant le meilleur résultat.
On peut déterminer ainsi selon quelles valeurs de densité, affichées par un densitomètre donné, le tirage doit s’effectuer pour imprimer les couleurs solides à la norme. Il faut cependant toujours prendre soin d’utiliser le même densitomètre, correctement calibré, sous peine de fausser les mesures.