Dans les coulisses de la norme…


Axel Robert dirige le service prépresse d’Ubisoft, le célèbre éditeur de jeux vidéo. C’est à ce titre qu’il est membre de la Commission de normalisation des techniques de la communication graphique (CN TCG) de l’AFNOR dont il nous dévoile les rouages.


Gutenberg 1.5 : Qu’est-ce que la CN TCG et quels sont ses liens avec l’ISO, l’organisme international de normalisation basé à Genève
Axel Robert : La CN TCG est une commission technique de l’AFNOR (Association française de normalisation) créée en janvier 2006 sous l’impulsion du SICOGIF, l’organisation professionnelle des industries graphiques devenue par la suite l’UNIC. Cette commission représente la France dans le comité technique de l’ISO, le TC   130, qui est en charge de l’élaboration et de l’adoption des normes pour les technologies graphiques au niveau international. La règle de l’ISO est de réserver une voix pour chaque pays membre participant. La CN TCG couvre donc les mêmes domaines d’activité que l’ISO TC 130. Elle fait valoir le point de vue français lors de l’apparition ou de la révision des normes concernant les technologies graphiques. Elle peut proposer de nouvelles normes, participer à leur élaboration ou plus simplement donner son avis sur leur pertinence.

Gutenberg 1.5 : Qui compose cette commission de l’AFNOR
Axel Robert : La CN TCG est composée aujourd’hui d’une trentaine de membres qui représentent chacun une entreprise ou un organisme. La commission compte des représentants de fournisseurs (logiciel, matériel…), des entreprises de conseil, quelques imprimeurs et des associations professionnelles. La présence d’une société comme la mienne au sein de la CN TCG est intéressante, car nous disposons d’un service prépresse intégré. Nous sommes donc présents à la fois comme donneur d’ordres (le seul de la commission) et comme utilisateur final.

Gutenberg 1.5 : Comment est financée la CN TCG
Axel Robert : L’UNIC finance le fonctionnement de la commission auprès de l’AFNOR à hauteur de 100 % et refacture ensuite une adhésion symbolique à chaque membre adhérent. Ce fonctionnement permet que le coût financier ne soit pas un trop gros obstacle à l’adhésion des organismes intéressés. Les membres de la CN TCG ne sont pas rétribués. La plupart du temps, ils participent aux travaux sur leur temps personnel. Les organismes participants ne peuvent pas compter sur un retour sur investissement direct.

Gutenberg 1.5 : Comment se prennent les décisions de la CN TCG
Axel Robert : Chaque membre dispose d’une voix, les décisions sont prises à la majorité des présents. Les réunions se tiennent environ tous les deux mois, plus fréquemment si l’actualité l’exige. Parfois, s’il faut rendre un avis urgent sans attendre la prochaine réunion, un vote électronique est réalisé en ligne. Les sujets qui font l’unanimité sont souvent adoptés selon un vote de principe dans la mesure où aucune objection ne s’est manifestée.

Gutenberg 1.5 : Quelle est l’actualité de la CN TCG
Axel Robert : Récemment nous avons fait un travail de refonte des objectifs initiaux de la commission. On a souhaité se recentrer sur les fondamentaux de la CN TCG, de l’AFNOR et de l’ISO. On ressert les boulons en quelque sorte pour se garder des pressions du lobbying. Les normes n’ont pas fonctions marketing, même si leur respect peut être un argument commercial pour certains produits ou services. Il ne faut pas se faire d’illusions, le choix de nouvelles normes a forcément des répercussions en termes de marché : tel ou tel outil déjà existant ou encore en développement peut être utilisé ou non pour leur mise en application. Nous travaillons à la croisée de différents intérêts professionnels et devons justement nous garder des conflits d’intérêts. Ce n’est pas forcément évident, par exemple, Dov Isaac, une des grandes voix de l’ISO TC 130 travaille chez Adobe, pour autant, il serait contre-productif et injuste de se passer de ses compétences. Les débats que nous avons eus sur la norme ISO 12647-8 sont intéressants de ce point de vue. En effet peut-on parler d’épreuvage pour des impressions électrophotographiques (sur copieurs) ? L’ISO 12647-8 a vu le jour sous l’impulsion de société comme Canon qui craignaient de voir s’échapper le marché de l’épreuve normalisée. Aujourd’hui ces sociétés se servent de la norme comme argument commercial. Or, il y a une très grande différence dans le rendu colorimétrique d’une épreuve jet d’encre et d’une sortie sur copieur. Je suis bien placé pour le savoir, mon service utilise les deux technologies, normalisées respectivement en 12647-7 et 12647-8. Alors pour la seconde on ne parle pas d’épreuve, mais de maquette de validation. Cette façon de jouer sur les mots est une bonne illustration de la pression des enjeux économiques sur nos travaux.

Gutenberg 1.5 : Ces débats dépassent le cadre national, j’imagine.
Axel Robert : Bien évidemment, ce sont les mêmes qui se déroulent au TC 130 de l’ISO. Nous planchons actuellement sur la révision des ISO 12647 prévue pour décembre 2013. Les débats sont animés, notamment entre les Européens (avec les Allemands en tête) et les Américains. Les premiers mettent en cause la pertinence du G7 cher aux seconds, alors que ceux-ci doutent de l’efficience de l’application des paramètres normatifs actuels de la 12647-2. Ce débat récurrent prend racine dans la culture professionnelle et les habitudes de travail parfois contradictoires des uns et des autres.

Gutenberg 1.5 : La CN TCG travaille-t-elle sur un projet de normalisation des processus de certification ISO 12647
Axel Robert : Le mot “certification” fait bondir à la CN TCG. Aucune société à ce jour ne peut s’affirmer organisme certificateur ISO 12647. Il ne peut pas s’agir de certification, mais plus simplement de validation de bonnes pratiques. En ce sens, les normes ISO 12647 sont différentes de la norme ISO 9001 qui en tant que simple liste d’exigences peut, elle, donner lieu à une certification. L’ISO 12647-2 standardise un résultat à atteindre. Le PSO est un ensemble de marches à suivre, de bonnes pratiques afin d’atteindre ce résultat.
La CN TCG a participé en septembre 2010 à la création du WG13/Printing conformity assessment requirements, au sein du TC130, dédié aux travaux de spécifications de conformité. Depuis lors, la norme 16761 est en cours de rédaction, une partie étant dédiée à la conformité produit et une autre au management de la qualité d’impression. Cette norme a donc pour vocation d’être le socle commun international des certifications à venir.

Gutenberg 1.5 : L’Ugra se revendique pourtant organisme certificateur.
Axel Robert : L’Ugra est certifié ISO 17025 (laboratoire d’essais) mais pas ISO 17065, norme pour les organismes certificateurs (Évaluation de la conformité – Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services) Il nous paraît très important à la CN TCG de donner ou de redonner de bonnes définitions à des termes parfois galvaudés par le marketing. Par exemple nous insistons désormais pour parler d’épreuve validée plutôt que d’épreuve certifiée. Une épreuve normalisée est une épreuve mesurée correctement, mais pas forcément une épreuve imprimée sur un matériel “certifié”.