PitStop 12 est disponible

Un couteau suisse pour le prépresse, tel est le nouveau visuel du logiciel de contrôle et de corrections PDF signé Enfocus. À nouveau logo, nouvelles fonctionnalités, dont une assez inattendue.

L’information fut gardée secrète jusqu’au jour même de son lancement : la nouvelle mouture de PitStop Pro recelait une surprise. En plus des fonctionnalités annoncées (édition d’images, de dégradé et outil d’alignement d’objets principalement), PitStop Pro 12 est  capable d’intégrer les polices manquantes dans un document PDF, même si l’on n’en dispose pas !

Rien de magique pour autant. Cette nouvelle fonction est le résultat d’un partenariat entre Enfocus l’éditeur de PitStop et Monotype le distributeur de polices de caractères. PitStop Pro 12 (comme d’ailleurs PitStop Server 12) intègre la nouvelle plateforme de développement « sur le nuage » (cloud-based) appelée Monotype Baseline™ platform. Celle-ci permet donc à PitStop, lorsqu’il détecte une police non incorporée dans un document, d’interroger la base de données de polices de Monotype. S’il repère la bonne police dans le catalogue de Monotype rendu disponible en ligne (30 000 fontes pour l’instant !), PitStop propose de l’intégrer, sous réserve de s’acquitter d’une contribution de 1,5 $ par fonte. À ce prix là, l’utilisateur n’achète pas la police, mais simplement le droit de l’utiliser pour imprimer correctement le document PDF. En pratique, l’utilisateur doit ouvrir un compte sur le serveur de Montotype (http://baseline.monotype.com/) et l’alimenter en jeton pour disposer de la possibilité d’intégrer une police manquante. PitStop Pro demande toujours la validation de l’opérateur avant de débiter le compte pour acquérir les droits d’intégration. L’automatisation de cette tâche est réservée à PitStop Server.

Autre nouveauté de PitStop Pro, nous l’avons évoqué, est la possibilité de retoucher les images dans un document PDF. Au menu : courbe de tonalité, luminosité et contraste et paramètre de netteté (USM). C’est probablement cette fonction d’« unsharp mask » (masque flou, drôlement traduit par « masque de défloutage » dans PitStop) qui intéressera le plus les imprimeurs. En effet, les images sous-échantillonnées à l’export PDF apparaissent parfois floues et la qualité de l’impression gagne sensiblement à ce genre de traitement.

D’autres outils viennent encore renforcer PitStop Pro qui rendent désormais possible l’édition des dégradés, ainsi que le groupement, l’alignement et la répartition automatique des objets dans une page PDF. Le contrôle en amont n’a pour autant pas été oublié avec un rapport supplémentaire concernant la couverture d’encrage des pages entières. Un imprimeur peut ainsi renseigner facilement son logiciel de GPAO (Gestion de production assistée par ordinateur) ou prévoir la quantité d’encre de ton direct à commander pour un gros tirage.

Côté PitStop Serveur enfin, la nouveauté réside dans l’intégration du moteur d’aplatissement des transparences d’Adobe. Outre qu’ainsi le calcul des transparences est ainsi rendu plus standard, les paramètres d’aplatissement (auparavant spartiate dans PitStop Server) s’enrichissent puisqu’il reprennent ceux de la fenêtre ad hoc d’Adobe Acrobat Pro.

Branche Imprimerie ?

Déposez rapidement vos projets “couleur”…

En 2022, ils sont intégralement finançables par l’OPCO-EP.